COBAYES Elliot

COBAYES ElliotCOBAYES Elliot est un roman d’horreur rédigé par Madeleine Robitaille, une auteure qui s’y connaît très bien en la matière. Ce bouquin m’aura certainement donné envie de lire ses autres histoires d’horreur qui semblent toutes bien ficelées.

SYNOPSIS

Elliot est un gars introverti à l’apparence ordinaire; commis dans une pharmacie et concierge dans son bloc d’appartements, il n’a aucun ami, ni aucune connaissance. Il a un petit défaut quand même: celui d’être un tueur en série. Bien avant qu’il reçoive les injections d’Alphalab, il ressentait ce besoin de tuer, notamment pour satisfaire ses pulsions sexuelles déviantes. Si la Chlorolanfaxine amène les gens ordinaires à devenir des tueurs psychopathes, quel effet aura-t-elle sur un meurtrier aguerri?

LES HAUTS

L’intrigue est enlevante! Et on y croit. Je ne m’attendais pas du tout à ce que le produit ait cet effet sur le protagoniste. C’est bien ficelé. Et le protagoniste lui-même est fascinant et authentique. On comprend un peu pourquoi il est devenu ce psychopathe par l’intermédiaire des flashbacks de son enfance, même si aucune des atrocités qu’il commet n’est humainement justifiable. L’action est bien rythmée et rapide.

LES BAS

Ouf! C’est difficile à lire! Pas sur la syntaxe, ni sur l’orthographe ou la forme – qui sont, en passant, parfaites – mais sur le cœur. La première scène de torture, qui se déroule avant l’arrivée de la page 50, a failli avoir raison de moi. J’ai failli abandonner le bouquin, juste là, quelque part vers la page 23. C’est non seulement excessivement graphique, mais on voit bien le plaisir qu’en retire le personnage, ce qui est absolument horrifiant, déroutant. Je ne dirais pas qu’on s’y habitue, mais ça pousse la curiosité morbide du lecteur, ce qui l’amène à continuer, bien malgré lui.

COBAYES Elliot

APPRÉCIATION GÉNÉRALE

Un roman d’horreur peut-il être trop gore? Peut-être! Celui-ci est venu me chercher! Il ne se contente pas toutefois d’être « dégoûtant », il est également excessivement bien écrit et captivant. À lire pour ceux qui n’ont pas le cœur trop sensible!