Entre 2 mondes : un rêve d’adolescent

C’est sans besoin précis à combler que je parcourais le catalogue des Éditions les Six Brumes (spécialiste de la littérature de l’imaginaire) à la recherche d’un roman à découvrir. C’est de façon totalement aléatoire que je suis tombée sur la fiche descriptive d’«Entre deux mondes», un roman de genre fantastique écrit par Laetitia Chicoine. Le travail graphique de la couverture avait attiré mon œil, mais c’est surtout la surprise de n’avoir jamais entendu parler de ce roman et de son auteure qui m’a fait flancher. J’ai passé ma commande sans savoir ce qui m’attendait. J’étais loin d’imaginer le contexte unique ayant généré sa publication.

Avez-vous déjà entendu parler du concours «Sors de ta bulle»? Dans le cadre de celui-ci, des élèves du deuxième cycle du secondaire ont l’opportunité de soumettre un texte d’un minimum de 80 pages avec la possibilité d’être sélectionné et parrainé par un auteur d’expérience pour mener à terme leur projet d’écriture. Le grand prix à gagner : une publication professionnelle de son texte aux éditions Les Six Brumes. C’est une magnifique opportunité qu’offre ce concours aux élèves de la région de Sherbrooke remplis de rêves et de talents en gestation.

C’est donc en tant que gagnante de la 11e édition de ce concours (2016) que Laetitia Chicoine, une jeune adolescente de 15 ans à ce moment, a pu accomplir son objectif en devenant auteure. Et je peux affirmer sans gêne qu’elle réussit avec brio à laisser sa marque avec ce premier roman. Pour ma part, je n’aurais jamais pu écrire un ouvrage de cette qualité à ce si jeune âge. J’éprouve donc une admiration complète pour elle et suivrai sa carrière avec attention. Félicitations aux professionnels qui ont encadré ce projet d’écriture. Aux organisatrices Mme Dion, Mme Théberge et Mme Vézina qui ont su répondre à mes questions sur le sujet. Je dis un gros bravo à toute leur équipe et à cette initiative littéraire hors du commun.

La qualité du roman «Entre deux mondes» étant celle des professionnels, j’ai donc eu l’opportunité de vous préparer une critique détaillée au même titre que n’importe quel autre ouvrage disponible sur le marché. Mon jugement n’en sera pas moins sévère et chaque commentaire sera senti. Commençons avec un petit résumé de l’intrigue :

Synopsis

Dans ce livre, on retrouve Elena Paquet, une adolescente de 14-15 ans, qui aime jouer du piano (tout comme son auteure). Ses parents l’ont poussé à quitter le nid familial très tôt pour perfectionner sa musique dans un pensionnat renommé à des kilomètres de la maison sur l’Île du Havre Aubert. Loin de ses proches, Elena est hantée par un rêve étrange depuis des mois. Les vacances d’été arrivent et l’adolescente est soulagée de pouvoir revenir au bercail. Elle retrouve sa meilleure amie Juliette et fait la rencontre d’un mystérieux jeune homme, Kyle, pour qui elle développe rapidement des sentiments très forts.

Son cauchemar continue toutefois de lui gâcher ses nuits. Progressivement, d’étranges visions provoquant des pertes de conscience s’ajoutent à son fardeau. Elena apprendra alors qu’elle n’est pas tout à fait une adolescente ordinaire. Heureusement, Kyle est là pour l’aider dans cette aventure. Il lui apprend que dans son village, la puissante magicienne, Hel Nox, fait régner le chaos. Seule une prophétie garde l’espoir d’un avenir meilleur. Elena fera de son mieux pour la réaliser.

Les hauts

Dès le début de ma lecture, j’ai été impressionné par le style lyrique et mature de la jeune auteure qui avait, je le rappelle, 15 ans lors de la rédaction du manuscrit. L’efficacité de son écriture est très impressionnante. En peu de mots, elle véhicule tant d’émotions.

Impossible. C’est moi qui ai déterré la clé.
Moi et moi seule.
Mille et un scénarios prennent forme dans mon esprit.1

Aussi, j’ai été impressionnée par la justesse avec laquelle l’auteure décrit un sentiment amoureux qui se développe. Au début, c’est l’intensité du coup de foudre. Puis ensuite, l’affection d’un premier amour qui se développe. En commençant par la timidité, le manque d’expérience, la naïveté. La complicité entre les personnages est aussi palpable. J’ai adoré!

Il plonge son regard dans le mien. Je me demande ce qu’il y voit. De belles choses, j’espère. Le silence se prolonge, sans gêne, sans malaise. Le temps s’arrête.2

Les bas

Mon premier commentaire négatif n’en est pas tout à fait un. Étant donné qu’«Entre deux mondes» est le résultat d’un concours d’écriture avec une date buttoir et différents critères de sélection, il était impossible pour l’auteure de réaliser un roman à l’ampleur de son intrigue. Je m’explique. On sent à la lecture que l’auteure a conçu un univers complexe, beaucoup plus riche que ce qu’en témoignent les quelques 220 pages du livre. Pour ma part, en tant que lectrice, je me suis créé des attentes qui n’ont pu être comblées. Le concept d’un roman «orphelin» apporte l’idée qu’on aura droit à une intrigue courte, mais achevée. Qu’il y aura un début, un milieu et une fin. J’ai donc été très surprise lorsque j’ai réalisé, alors qu’il restait à peine quelques chapitres, que je ne lisais pas un tome unique, mais plutôt le début de quelque chose de plus grand; une série en devenir. Le mal n’est pas vaincu. Le monde… n’est pas sauvé. Je n’ai qu’une chose à dire à l’auteure : «À quand la suite? Je veux savoir :).»

Le second aspect qui m’a un peu déplu est, pour moi, la présence de plusieurs clichés. Des histoires impliquant une prophétie désignant un élu comme sauveur et destructeur du mal, on en a vu des tonnes. Encore pire d’apprendre que cet élu est probablement le personnage principal de l’histoire. Dans ce carcan, l’auteure réussie tout de même habilement à faire douter le lecteur en spécifiant que plusieurs auparavant se sont cru l’élu en question et ont lamentablement échoué leur mission.

L’idée aussi d’une méchante enchanteresse qui gouverne tout un royaume d’une main de fer me fait penser à des sorcières comme la reine Regina dans la série «Once Upon a time» ou d’autres contes de fée du même acabit.

Il faut tout de même rester indulgent envers l’auteure. Je souligne encore son très jeune âge. Comme je l’ai dit plus tôt, sa plume a tout ce qu’il faut pour pondre un texte de qualité. Le reste viendra avec la maturité acquise au fil du temps…

Appréciation générale

«Entre deux mondes» comblerait n’importe quel jeune lecteur de rêves et de fantaisies. Par son don à décrire les émotions et son style d’écriture poétique, elle a conquis l’adolescente qui dormait en moi. Pour tout ceci, je l’en remercie grandement et j’espère que le prochain volume ne tardera pas trop.

N’oubliez pas de consulter la page officielle du programme «Sors de ta bulle». Qui sait, peut-être que ton école ou celle de tes enfants est admissible au concours?


1. Chicoine, Laetitia (2016). Entre deux mondes. Les Six Brumes de la Société Secrète inc., p. 59
2. Idem, p. 161