Pinocchio de Maude Royer

Pinocchio est un des célèbres contes interdits parus en avril 2018 publié aux éditions AdA. Écrit par Maude Royer, j’attendais sa sortie avec impatience. J’étais toutefois un peu prudente dans mes attentes, puisque cette auteure se spécialise normalement en littérature jeunesse et adolescente – et tous les lecteurs des contes interdits savent que ces romans ne sont absolument pas pour ce public cible. C’est donc avec hâte, mais sur la pointe des pieds que je me suis engagée dans ce conte horrifique.

SYNOPSIS

Patrick Nocchio est un jeune homme de 17 ans qui souffre d’amnésie suite à un coma. Puisque ses parents sont en prison, le jeune est placé par la protection de la jeunesse chez son grand-père qui est loin d’être une figure parentale appropriée. Sans le sou, Patrick tente de survivre dans ce nouvel environnement insalubre. Il découvre alors un plaisir charnel face à la torture et aux mensonges. Comment est-ce possible qu’il se soit rendu jusque là? Ce n’est que plus tard qu’il découvre ses origines et les crimes qui ont été perpétrés par ses parents.

PREMIÈRE ET QUATRIÈME DE COUVERTURE

PINOCCHIO

TABLEAU RÉSUMÉ

  Pinocchio
Auteur Maude Royer
Genre Horreur
Prémisse Un adolescent amnésique qui a vécu le pire tente de survivre dans son nouveau foyer dysfonctionnel et est prêt à tout pour se faire un peu d’argent.
 Avertissements Viols explicites / Pédophilie / suicide (non-explicite) / sexualité explicite / violence envers les animaux
Émotions ressenties Curiosité / Dégoût (pour certaines scènes explicites)
Force Un roman fluide, bien construit, qui fait plusieurs parallèles avec le conte originel.
Une phrase pour décrire le roman Un récit parfois « drôle/curieux », parfois « gore/dégoûtant » qu’il est difficile de poser sans avoir terminé la lecture.
Faiblesse On a un petit sentiment de « roman pour ado » malgré le contenu lourd de sens.
Niveau d’horreur 2/5
Niveau de gore 3/5
Niveau de conte 5/5
Mention honorifique Les personnages les plus palpables

LES HAUTS

Il s’agit d’un roman très fluide avec beaucoup de dialogues intéressants. J’ai trouvé l’utilisation du joual à même ces dialogues plutôt bien dosée et appropriée aux différents personnages. Le livre se lit d’une traite et sans difficulté.

J’ai également fortement apprécié qu’on découvre de façon graduelle les origines du personnage principal – l’histoire qui l’a mené à sa situation actuelle et qui explique, du moins partiellement, ses déviances sexuelles et psychologiques. Pour ce faire, les chapitres en mode présent sont alternés par des chapitres en mode passé. On les repère facilement par le style de police italique. J’ai bien aimé!

À cet égard, j’ai aimé détester le personnage principal.  Je crois que l’auteur a fait un choix délicat en tentant de susciter la pitié de la part du lecteur pour un protagoniste qui a vécu des choses horribles par le passé. Son rapport misogyne avec les femmes m’a toutefois personnellement réellement refroidi. Je pense qu’il s’agit encore là peut-être d’une de mes cordes sensibles. Néanmoins, on voit le personnage évoluer et son regard envers les femmes changer tranquillement – et j’ai bien aimé cet aspect.

L’incarnation de Jiminy Cricket en un itinérant plein de sagesse est de bon goût, à la fois amusante et réfléchie. Je reconnais la recherche dans l’utilisation de proverbes par ce personnage. Ces différentes phrases sont toujours pertinentes aux multiples situations que vit le personnage.

À cet égard, les liens avec le conte originel sont multiples. On retrouve bien un vieux grand-père qui aime fabriquer des jouets, Pinocchio, Jiminy Cricket et le concept du mensonge qui fait allonger une partie de l’anatomie du personnage (je vous laisse deviner laquelle…) – pour ne nommer que ceux-là.

Finalement, la maison du grand-père dans laquelle vit le protagoniste est réellement fascinante. C’est avec cette ambiance glauque qui est bien établie dans ce lieu qu’on ressent l’aspect horrifique du livre. En fermant les yeux, je pouvais aisément m’imaginer ce lieu qui me donnait des frissons.

LES BAS

Puisqu’on suit un adolescent de 17 ans dans son quotidien (il va à l’école, rencontre des gens, discute sur internet, tente de se faire de l’argent), j’ai trouvé que ce roman avait difficilement sa place dans la catégorie « horreur ». La maison du grand-père et les chapitres dans le passé du jeune homme amènent tout de même une touche d’horreur intéressante, mais le contexte du livre ne pardonne pas à mon avis – on suit tout de même un ado et on a un feeling de roman pour ado, même si son contenu et ses propos sont lourds de sens et sont beaucoup plus appropriés à un lectorat adulte.

Je trouve tout de même cela judicieux de la part de l’auteure que d’avoir choisi un adolescent comme protagoniste. En effet, cela a permis, je crois, à l’auteure de ne pas quitter de façon trop brutale un terrain connu pour elle. Déjà que s’aventurer dans l’horreur est quelque chose de totalement nouveau et doit être tout à fait déconcertant pour quelqu’un qui écrit normalement de la littérature jeunesse! C’est pourquoi le personnage principal est tout à fait crédible. Il agit comme un adolescent et pense comme un adolescent (avec quelques déviances en bonus). Je crois toutefois qu’on peut suivre un adolescent et avoir un feeling de roman d’horreur pour adulte. Il aurait fallu, à mon humble avis, que le protagoniste sorte du « moule » du quotidien. Et bien que des péripéties incroyables lui arrivent dans ce quotidien, on est quand même «pogné» dans ce carcan.

Ensuite – et je crois que ce point est complémentaire au précédent – j’ai trouvé un peu trop «facile» et peu sérieux de remplacer le nez qui allonge par le pénis qui allonge. J’aurais aimé un peu d’innovation. On s’y attendait trop. Je trouve que cette facette enlève beaucoup au «sérieux» du livre et le rend encore plus «juvénile».

APPRÉCIATION PERSONNELLE

Il s’agit d’un bon bouquin que j’ai lu rapidement. C’était agréable, mais je n’aurais toutefois pas voulu qu’il soit plus long. Les parallèles avec le vrai conte, certains personnages attachants et l’écriture fluide m’ont réellement plu. Bien qu’il ait une touche un peu «adolescente», je crois qu’il s’agit tout de même d’une bonne lecture à se procurer si on sait à quoi s’attendre. Et vous, l’avez-vous lu?