Hipster le chat de Guillaume Demers

Hipster le chat de Guillaume Demers

 

Pour aider à travers les longs mois d’automne, j’aimerais vous faire découvrir une bande dessinée rigolote; j’ai nommé «Hipster le chat». Il s’agit d’une série de gags portant sur les jeunes modernes et branchés surnommés la faune urbaine, et ce dans les deux langues officielles, car le livre est dupliqué en deux parties, l’une pour les francophones et l’autre pour les anglophones. Rien de moins qu’un petit plaisir coupable à partager aux plus grands nombres de personnes possibles. Son auteur? Guillaume Demers, aussi illustrateur et enseignant à la Société d’arts et d’histoire de Beauport. La maison d’éditions «Espoir en canne» est une petite trouvaille que je voulais aussi vous partager. Alors c’est maintenant chose faite!

 

Synopsis

Cette bande dessinée se divise en 6 chapitres : «En route vers le restaurant», «Une soirée à la discothèque», «Au boulot!», «Au chalet», «Dans l’autobus», «À la plage» et «Les conseils de Hipster». Chacun est formé de gags d’une page (donc sans case) et dont certains reflètent une page de profil web «style Facebook» de chaque personnage; un détail que j’ai apprécié tout particulièrement.

Profil de Hipster le chat par Guillaume Demers

On retrouve entre ses pages une bande d’amis très colorés qui sont en quelque sort des icônes de la société moderne actuelle en passant par ses nouvelles tendances et ses travers. Hipster est un chat a la moustache surdéveloppée qui aime faire du longboard et tenir un blogue. Drama le pug est ce qu’on pourrait appeler une fashion victime au sens propre du terme puisque son maître l’habille de déguisements de toutes sortes sans son consentement. Il y a aussi Douche le chien au tatou tribale et Toc le raton laveur qui est un maniaque de la propreté. Ensemble, ils forment un groupe hétéroclite très divertissant. On les suit dans leur quotidien en passant par leur travail et parfois en roadtrip vers de nouvelles aventures. Les blagues sont concises et les clins d’œil à des références québécoises et aux jeunes d’aujourd’hui ne manquent pas.

Les hauts

Je voudrais tout d’abord mentionner la qualité des dessins qui sont à la fois bien détaillés et nets grâce à l’utilisation d’aplat et de traits noir et blanc. Le tout pourrait convenir autant à un adolescent qu’à un adulte. Un résultat franchement efficace et rigolo! Je vous laisse quelques aperçus ici.

You only live nine par Guillaume Demers

Aussi, j’ai tout particulièrement apprécié le personnage de Drama sans trop expliquer pourquoi. L’embarra, je dirais même l’impuissance, face aux déguisements qu’on lui fait porter fait très bien écho à cette fascination qu’ont certaines personnes à vouloir habiller leur animal chouchou comme si c’était un bébé. Percevoir le résultat comme le sort d’une victime de la mode n’en ait que plus hilarant.

Fashion victime par Guillaume Demers

Les bas

Comme toutes les autres bandes dessinées, «Hipster le chat» a le défaut de se lire très rapidement. Certains diront que c’est plutôt un avantage et si c’est ce que vous recherchez, sachez que ce livre ne prend pas plus de 20 minutes à lire. J’ai toutefois eu l’impression d’avoir été dupée par ce livre plus épais qu’il n’y paraît, car divisé en deux langues et comprenant donc 96 pages en français et autant pour l’anglais avec les mêmes gags des deux côtés.

Pour ce qui est de la qualité de certains gags, je dois souligner qu’on va parfois dans la facilité en utilisant des clichés déjà bien usés. Il faut dire que le format d’une page par gag empêche de développer un concept plus complexe. Je préfère quant à moi voir une intrigue se développer au fil des pages. Pour ceux qui préfèrent une lecture peu sérieuse, qui se lit dans l’ordre ou le désordre, avec son enfant ou pas, «Hipster le chat» est parfait pour vous!

Appréciation générale

Bref, vous aurez compris que j’ai bien aimé ma lecture. Un livre court, parfait pour décrocher ou pour partager entre amis. Rien de compliqué, juste un truc pour passer le temps sur le bord de la plage (chose que j’ai faite pendant mes vacances) ou entre deux romans. Des dessins efficaces et des archétypes incarnant des clichés bien encrés. Je vous souhaite une bonne lecture. 🙂