L’enlèvement de Damien Blass

L'enlèvement par Damien Blass

Un nouvel article, un nouvel avis lecture. Cette fois, j’y ai découvert un auteur, Damien Blass, et une nouvelle collection de littérature de l’imaginaire québécoise, la collection Satellite.

Le roman «L’enlèvement» nous propose un mélange de rencontres du troisième type jumelé à un penchant plutôt spirituel que j’ai très peu retrouvé auparavant dans le genre. Il s’agit donc d’une grande découverte pour moi et la surprise a été totale quand la maison d’édition Triptyque m’a proposé ce livre en service presse. Tout comme un premier contact extraterrestre, j’ai ouvert ces pages avec une grande incertitude face à ce qu’elles pouvaient bien receler. Or, il faut garder l’esprit ouvert pour bien accueillir l’étrange et l’inconnu! J’y ai plongé tête première et n’ai pas regretté mon voyage depuis.

Comme je le dis souvent, nous avons tous dans la vie notre vision propre et nos manières de qualifier les choses. Dans le même sens, lors d’une rencontre avec une entité étrangère, certains utiliseront le terme extra-terrestre, alors que d’autres peuvent bien parler d’Anges. Et dans ce roman, tout est une question de point de vue.

Synopsis

Avec «L’enlèvement», on rencontre l’histoire d’André Lépine et sa famille dont les valeurs chrétiennes occupent une place centrale dans leur quotidien. C’est là qu’ils se font des amis, découvrent leur quartier et partagent leurs valeurs profondes. L’Église du Souffle les accueille à bras ouverts et, à leur grand étonnement, on leur enseigne plusieurs choses qui vont apparemment à l’encontre de la Bible.

L’apocalypse est imminente et des miraculés se trouvent parmi les disciples les plus pieux de la communauté religieuse. Dorothée, la fille du pasteur, en impose avec sa beauté surnaturelle et André la remarque de suite. On apprendra plus tard qu’elle fait partie des enfants qui ont été enlevés par les «anges». André, quant à lui, est témoin d’étranges lumières dans le ciel et tentera de percer à jour le mystère qui les entoure. Ses découvertes dépasseront toutes ses attentes.

Les points positifs

Sans chercher très loin, j’ai trouvé bon nombre de points positifs durant ma lecture à commencer par toutes ces nuances bien amenées qui démontrent qu’il ne faut pas se fier aux apparences et apprendre à voir autrement. Les dialogues sont efficaces et l’auteur nous mène exactement là où il le veut. Je vous propose un petit extrait pour vous démontrer mes propos :

— Tu as déjà entendu parler de la fois où Jacques Cartier a accosté à Gaspé?
— Oui. Il a planté une croix.
— En disant aux habitants qu’il s’agissait d’une borne pour retrouver son chemin. Mais en vérité, il prenait possession du territoire au nom du roi de France! C’est toujours comme ça quand un peuple en rencontre un qui est plus évolué : il se fait infiltrer, puis détruire par le mensonge. Le mensonge mène le monde entier. Le mensonge est ce qui fait avancer l’Histoire.

(Blass, Damien (2019). L’enlèvement. Le Groupe Nota Bene (Triptyque), p. 70)

Il s’agit d’un extrait de dialogue entre André et Dorothée qui donne le coup d’envoi.

Je pourrais aussi vous parler des descriptions et des ambiances du livre qui sont amenées avec une main de maître. Damien Blass nous fait entrer dans son histoire et ses personnages avec une telle efficacité qu’il a besoin de peu de mots. Cela explique pourquoi le livre, pourtant si riche, ne tient qu’en un petit format poche de 137 pages. Je suis donc arrivée, à la fin de ma lecture, avec l’impression que ce récit se suffit en lui-même et qu’il a été tout juste assez étoffé pour me faire voyager vers les étoiles. Bien sûr, on ne connaît pas au final tous de ces mystérieux visiteurs, mais comment un simple être humain comme moi pourrait y arriver? Si on change de point de vue, nous ne sommes en fait que des aborigènes pour cette civilisation extra-terrestre beaucoup plus évolués.

Les points négatifs

Un seul point bien personnel m’a quelque peu rebuté durant ma lecture. Je dois vous avouer que malgré le fait que je respecte les croyances d’autrui, je n’éprouve, pour ma part, aucun intérêt particulier pour la vie spirituelle active et les croyances religieuses. Étant donné que ce livre est une immersion dans la vie de gens très pratiquants, j’ai eu un peu de mal à m’attacher et saisir leur ferveur religieuse. Également, je me suis demandée à plusieurs reprises si une personne, plus croyante que moi, pourrait se sentir offensée par cet ouvrage où l’on transforme les «Anges» en créatures d’une autre planète. Malgré tout, le style complètement fluide de l’auteur m’ont fait progressivement entrer dans son intrigue et j’ai apprécié cette lecture plus que je ne l’aurais cru.

Conclusion

Je vous invite donc à vous procurer cet ouvrage et constater par vous-même de ses grandes qualités. Une nouvelle vision de l’intervention divine et un grand mystère à élucider. Seule un lecteur ouvert d’esprit sera à même d’apprécier ce nouveau souffle. Je remercie les Éditions Triptyque d’avoir penser aux Filles de joual et vous dis à la prochaine.