Éléas: Épopée nordique et brassicole

Auteur-Brasseur, Éditions Trois-Pistoles, Éléas, épopée, Bière et livre, Chronique littéraire, environnement, urgence climatique, roman fantastique, roman historique, Le Voyage d’Éléas, Littérature de l'imaginaire, Littérature québécoise, Nicolas Falcimaigne, post-apocalyptique, révolution, Roman déconstruit, science-fiction, SFFQJ’aime les livres et j’aime la bière. Il m’arrive souvent d’accompagner mes lectures d’une bonne bière artisanale. Mais quand l’auteur est aussi brasseur, on se retrouve automatiquement avec l’accord bière et livre parfait!

Nicolas Falcimaigne est, entre autres, brasseur, journaliste et auteur. Très impliqué dans sa communauté, il travaille fort pour offrir un meilleur avenir à la prochaine génération. Avec ses compagnons, il a ouvert la microbrasserie Le Caveau des Trois-Pistoles dans l’ancien théâtre VLB, lui permettant de faire un lien en la littérature et la brassiculture. Il œuvre aux côtés de Victor-Lévy Beaulieu afin d’assurer la relève des éditions Trois-Pistoles. L’automne dernier, il publiait son premier roman, Éléas.

Synopsis

Éléas est un récit qui ne se résume pas simplement. Je qualifierais ce roman d’épopée par fragments à saveur écologique. Trois trames narratives s’y entremêlent. La première rassemble de brefs tableaux dans le quotidien des témoins ou acteurs d’une révolution. Dans la deuxième trame, on suit Aldhë qui lit un livre des temps anciens et tente de reproduire les recettes de bière s’y trouvant. Et finalement, la troisième, c’est l’histoire d’Éléas, fils de guerrier perdu en mer qui s’échoue sur un nouveau continent.

Trois trames qui se déroulent dans le présent, le futur et le passé. Tout semble déconstruit au début, mais on découvre au fil des pages que chaque personnage est lié aux autres et que toutes les époques finissent par se rencontrer. Un savant mélange de plusieurs genres voyageant entre le fantastique et la science-fiction.

Appréciation

Victor-Lévy Beaulieu qualifie cette œuvre d’épormyable et c’est exactement ça. À la fois épique et formidable. L’introduction peut être déroutante. Ça prend un moment avant de comprendre la structure du livre. Mais ma curiosité a été piquée dès les premières pages, alors qu’on assiste à une scène digne de la fin du monde. Au fil des chapitres, une tendance se dessine et on devient plus à l’aise avec ces fragments d’histoire mélangés.

Un point que j’aime beaucoup dans ce livre est la diversité des voix. Des voix mélancoliques, des voix résignées, des voix pleines d’espoir. Nicolas Falcimaigne a puisé dans son expérience de journaliste pour nous partager des regards différents. On profite d’une vue d’ensemble qui prend en compte les pensées de dizaines de personnages afin que l’on puisse forger notre propre opinion.

Une thématique très présente dans Éléas est l’environnement. Cela peut sembler moralisateur, mais détrompez-vous. Je crois que l’objectif n’était pas de blâmer qui que ce soit pour leurs comportements, mais d’amorcer une réflexion chez les gens, peu importe leurs valeurs et leurs convictions. Et surtout, pas de morale ennuyante à la fin. La conclusion nous offre plutôt une vision assez objective d’un avenir probable.

Expérience générale

Depuis novembre, j’attendais que la Drakkar d’Odin de la microbrasserie Le Caveau des Trois-Pistoles se retrouve sur les tablettes pour me plonger dans l’œuvre de l’auteur-brasseur. Cette saison viking aux aromates nordiques a été brassée pour le lancement du livre Éléas. La recette de cette bière s’est glissée entre les pages du roman et la légende qui est racontée sur l’étiquette est aussi un complément à l’histoire d’Éléas. L’auteur a su marier ses deux passions afin de nous offrir une expérience de lecture enrichie.

Sur un plan plus personnel, Éléas a réconforté mon cœur d’écolo transi. En le lisant, je me sens moins seule. À travers toutes ces voix qui font l’histoire d’Éléas, j’ai entendu la mienne. Ça m’a fait du bien. Je me suis dit: «Je ne suis pas la seule à penser comme ça.» Si vous êtes comme moi et que l’avenir vous semble toujours sombre, il y a de fortes chances que vous soyez interpellé par ce roman.

Conclusion

Il ne faut surtout pas se laisser duper par la couverture d’Éléas. De facture plutôt minimaliste avec une quatrième de couverture qui en révèle très peu, j’ai entamé ma lecture sans trop savoir à quoi m’attendre. Et j’ai été agréablement surprise d’y découvrir une œuvre riche en aventures qui est venue me chercher au fond de mes tripes. Qui m’a divertie tout en me faisant réfléchir. Je recommande ce livre à ceux qui cherchent à comprendre le passé et qui se posent des questions sur l’avenir.