Premiers soins: un recueil de poésie saisissant par David Goudreault

premiers_soins_c1Avec La bête, une trilogie brutale et poignante, David Goudreault a clairement attiré l’attention de tous les acteurs du monde littéraire. Il participe d’ailleurs maintenant à la célèbre émission de Radio-Canada, Plus on est de fous plus on lit. Mais avant que cette oeuvre grandiose en trois tomes ne soit publiée et qu’il conquiert à nouveau le coeur des libraires avec le roman Ta mort à moi, cet auteur a connu ses premières armes en slam et en poésie, des genres qu’il affectionne toujours. Son spectacle de slam, Au bout de ta langue, a d’ailleurs gagné plusieurs prix et est toujours en tournée (tournée qui a été suspendue évidemment en raison de la présente pandémie). Aujourd’hui, je vais vous parler de Premiers soins, son tout premier recueil de poésie, publié en 2012 chez les éditions Écrits des Forges.

Résumé

Résumer un recueil de poésie n’est pas une tâche facile. Au final, je crois ne pas me tromper en disant qu’on a affaire à des patients admis à l’urgence et qui passent un peu par toutes les étapes du traitement vers la rémission avec la myriade d’émotions et d’événements particuliers que cela génèrent. Le recueil est d’ailleurs divisé en 4 parties : de l’urgence, du diagnostic, du traitement, de la rémission. On voyage plus ici dans le ressenti, l’expérientiel que dans les faits. À travers le regard des patients, on navigue dans le système de santé et le vécu de personnes blessées au sein d’une société critiquable et critiquée. Passé à travers le système, ce n’est pas évident, qu’on souffre d’un mal physique ou d’une affliction psychiatrique.

Appréciation

À l’époque où il a écrit ce recueil, si je ne me trompe pas, David Goudreault était travailleurs social à l’urgence d’un hôpital. Et on ressent à travers ses écrits toute son empathie et la maîtrise du sujet. Toujours respectueux envers les protagonistes de son histoire, les images qu’il utilise sont percutantes, saisissantes, comme toujours. Du bon Goudreault comme on en connaît. Vous savez, parfois on lit les premiers écrits d’un auteur et on est déçu, car c’est vrai qu’on apprend avec la pratique, mais ici ce n’est pas tant le cas. C’est tout aussi bon que ses romans qui ont déchiré tous les palmarès. C’est différent toutefois, c’est certain.

Je trouve intéressant que le recueil est une histoire en soi – ce n’est pas toujours le cas en poésie. Il y a un début, une fin, des émotions et de l’espoir au final. J’affectionne particulièrement ce type de poésie : de la poésie en prose qui utilise habilement les différentes figures de style sans se badrer trop des règles.

J’aime de la poésie ne pas tout comprendre du premier coup et devoir relire. On comprend toutefois ici juste assez à la première lecture pour être satisfait, mais il faudra plusieurs relectures pour dénicher tout le sens des mots choisis. Je ne sais pas si c’est parce que je suis bête, mais bien que je ne relise jamais de romans, je relis fréquemment des recueils de poésie et à chaque fois, j’en comprends un peu plus. À chaque relecture de cet ouvrage, je m’extasie devant les nuances qui s’y trouvent. Avant de me procurer ma propre version, je l’avais loué plusieurs fois dans différentes bibliothèques de quartier. Je crois que c’est un achat judicieux; un recueil qui m’est précieux et que je relirai très certainement plusieurs fois encore dans ma vie.

Ça m’arrive tout le temps quand je chronique un livre de David Goudreault : je n’arrive pas à trouver de points négatifs, malgré mon oeil aiguisé. Ceci dit, je ne suis qu’une amatrice du genre. J’ai aimé en tout point cette histoire morcelée en poèmes. Peut-être que j’aurais aimé que ce soit plus long? Pas parce qu’il manquait quoique ce soit à ce magnifique recueil de 72 pages, mais parce que plus de David Goudreault, ça ne peut qu’être bon, non ?

Conclusion

En conclusion, je vous encourage fortement à vous le procurer en cliquant ici  si vous êtes amateurs de ce type d’écrits! Un recueil saisissant, juste et vrai. Un 14$ bien investi à mon avis 🙂 ! Bonne lecture !