NaNoWriMo? Ça mange quoi en hiver?

Chronique littéraire, Littérature de l'imaginaire, Littérature québécoise, SFFQ, Nanowrimo, écriture, vie d’auteure, défi d’écriture, 50000 mots en 30 jours

Peut-être avez vous déjà entendu parler du NaNoWriMo. Peut-être même y avez vous déjà participé. Il va s’en dire que ce défi d’écriture gagne de plus en plus de popularité, et ce même ici au Québec.

Pour ceux qui nagent présentement en plein brouillard en se disant « De kessé? Nanowriquoi? », laissez-moi d’abord vous éclairer. NaNoWriMo est la contraction de National Novel Writing Month qui se déroule tout au long du mois de novembre. Il s’agit d’un événement créatif dans lequel les participants, aussi appelés Wrimos, se donnent comme objectif d’écrire le premier jet d’un roman de 50 000 mots en 30 jours!

Démarré aux États-Unis en 1999 avec un groupe de 21 personnes, le NaNoWriMo est aujourd’hui un organisme à but non lucratif qui accompagne chaque année des centaines de milliers d’auteurices à travers le monde. Au-delà du défi vedette de novembre, l’organisation encourage les gens à écrire tout au long de l’année par le biais de diverses activités. Ils offrent même un programme jeunesse qui permet aux enseignants de participer avec leur classe.

Pondre 50 000 mots en un mois peut ressembler à une Mission Impossible dans laquelle Tom Cruise n’est pas là pour en assurer le succès. Évidemment, il s’agit principalement d’un défi personnel. Il n’y a rien à gagner si ce n’est la satisfaction d’avoir avancé dans un projet d’écriture et ce, que l’objectif soit atteint ou non. Mais c’est tout de même réalisable. C’est pourquoi j’ai décidé de vous partager quelques conseils tirés de mon expérience qui, j’espère, vous aideront dans la réussite de votre NaNo.

1. Faire un plan

D’emblée, je fais mon mea culpa: l’an dernier, j’ai un peu échoué à cette étape. J’ai manqué de temps pour me préparer. Résultat: au jour cinq, je commençais à ralentir la cadence et j’ai dû m’arrêter pour faire un plan. Rien de très détaillé; j’ai seulement écrit quelques phrases directrices pour chaque chapitre directement dans mon document. Le problème, c’est que j’ai pris du retard dès le départ. Pour atteindre les 50 000 mots en un mois, il faut écrire en moyenne 1667 mots par jour. Donc un plan, ce n’est pas obligé, mais grandement recommandé. Et à ceux qui pensent qu’un plan bloque leur créativité, voyez cela comme un outil flexible qui se modifie au besoin.

2. Trouver du temps

Premièrement, une petite cure détox de réseaux sociaux peut aider. Deuxièmement, je vous suggère d’en parler avec votre famille et vos amis, pour leur expliquer que vous serrez très occupés pendant ce mois et que vous aimeriez qu’ils vous laissent un peu de temps pour vous. Troisièmement, réduire au minimum les obligations quotidiennes, surtout les fameuses tâches ménagères. Et pour ça, je vous recommande de vous y prendre un peu d’avance, par exemple en garnissant votre congélateur de plats préparés ou en faisant un gros ménage la semaine avant le début du défi. Car on va se le dire, le ménage descend beaucoup dans la liste des priorités au cours du NaNoWriMo. Encore une fois, j’avoue avoir manqué de préparation à ce niveau et je ne vous dis pas dans quel état se trouvait ma maison à la fin du mois. Ça ne se dit pas.

3. Sortir de sa zone de confort

En temps normal, je réussis à mettre environ 10 heures par semaine sur mes projets d’écriture. Le temps ne veut rien dire — ça varie d’une personne à l’autre — mais pour vous donner un ordre d’idée, il m’aura fallu en moyenne 25 heures par semaine pour atteindre l’objectif de 50 000 mots. Forcément, j’ai dû revoir ma routine et mes méthodes de travail pour y arriver. Je suis naturellement plus productive le matin, avant d’aller au boulot. Mais là, il était hors de question de compenser en me levant à 3h du matin! J’ai donc dû apprivoiser les longues séances de fin de soirée. Vous pouvez changer de lieu, de moment, d’ambiance… Il se peut que votre routine actuelle soit parfaite pour vous, mais que vous deviez essayer de nouveaux trucs, surtout si vous devez dépasser vos limites habituelles.

4. Un premier jet n’est jamais parfait

J’utilise ici un euphémisme, car un premier jet est généralement loin de la perfection! Celles et ceux qui ont déjà publié au moins un roman le savent très bien: ça ne sert à rien de s’acharner pour trouver la formulation ou le mot exact dès le premier jet. Il y a de bonnes chances pour que ce fameux mot soit retranché lors des nombreuses révisions. Concentrez vous seulement à sortir la matière première et n’hésitez pas à surligner les mots ou les phrases qui accrochent. Utilisez également l’outil Commentaires pour noter tout ce qui vous dérange, ce qui doit être modifié ou les recherches que vous aurez besoin de faire plus tard. Ainsi, vous pourrez poursuivre votre écriture sans interrompre votre lancée.

5. Pensez à votre santé

C’est d’abord et avant tout un défi que vous faites pour vous. Il n’y a pas de gros prix à gagner. Il n’y a personne à impressionner. Il n’y a aucune raison de faire passer le nombre de mots par jour avant votre santé physique et mentale. D’ailleurs, bien manger, dormir et bouger diminue le stress et aide le cerveau à mieux travailler. C’est à ne pas oublier quand vous serez malade à l’idée de regarder votre écran!

Bonus: Lisez Comment écrire plus de Dominic Bellavance

Comment écrire plus: 50 conseils d’auteur pour maximiser vos séances d’écriture est un incontournable pour votre préparation en vue d’un NaNoWriMo. C’est un livre que je recommande à tous ceux qui disent toujours manquer de temps pour écrire. En introduction, l’auteur soutient qu’une heure peut contenir 90 minutes d’écriture. Des anecdotes et une touche d’humour rendent la lecture divertissante et facile à assimiler. Plusieurs trucs de ce guide m’ont grandement aidée pour réussir mon NaNo.

Chronique littéraire, Littérature de l'imaginaire, Littérature québécoise, SFFQ, Nanowrimo, écriture, vie d’auteure, défi d’écriture, 50000 mots en 30 jours, Comment écrire plus, Dominic Bellavance

Pour participer, c’est simple, vous n’avez qu’à ouvrir un compte sur nanowrimo.org et créer un nouveau projet. Lorsque vous vous inscrivez sur le site, non seulement vous bénéficiez des outils pour suivre votre progrès, mais vous avez aussi accès à des forums, des conseils de préparation et des encouragements. Il est également possible de trouver des amis et former des petits groupes d’écriture. N’hésitez pas à explorer toutes les ressources offertes par le site web pour optimiser vos chances de réussite.

Comme je le disais en début d’article, le NaNoWriMo gagne en popularité au Québec, mais il demeure difficile d’échanger avec des participants d’ici. Vous pouvez commencer en sondant les communautés d’écriture comme Les Pousse-Mines sur Facebook pour trouver d’autres Wrimos. Sur Instagram, il n’y a pas ce genre de groupe, donc je vous propose d’identifier vos publications avec le mot clique #nanowrimoqc pour qu’on puisse se retrouver entre auteurices du Québec. Vous pouvez aussi utiliser la section commentaires ci-dessous pour partager vos questions et témoignages. Finalement, n’ayez pas peur d’annoncer votre participation sur vos réseaux sociaux. Ça pourrait donner envie à vos amis de se joindre au défi.

Voilà! c’était mon guide condensé pour survivre à un NaNoWriMo, ou du moins, pour ne pas y laisser trop de morceaux. Il ne vous reste plus qu’à vous lancer dans l’aventure! Saisissez l’opportunité qui vous mènera peut-être à la réalisation d’un rêve. Bonne chance à tous les participants!

*Le logo sur l’illustration est une courtoisie de NaNoWriMo